La leucémie est une maladie rare mais grave.
C’est un cancer du sang, un cancer des cellules du sang.
Aujourd’hui des traitements existent, ils sont difficiles, agressifs mais souvent efficaces.

Dans le sang, vous savez qu’il existe des cellules :

- les globules rouges,

- les globules blancs,

- les plaquettes.

Toutes ces cellules sont fabriquées dans les os, là où il y a la moelle osseuse.
Chacune de ces lignées cellulaires a un rôle bien particulier :
Les globules rouges transportent l’oxygène et le gaz carbonique entre les poumons et les organes et les muscles.
Les plaquettes servent à coaguler le sang quand il y a une plaie, elles font une sorte de pansement au niveau de la plaie du vaisseau sanguin pour empêcher le sang de sortir.
Les globules blancs sont de 2 sortes : les polynucléaires et les lymphocytes, ils ont pour rôle de défendre l’organisme contre toutes les agressions extérieures (un corps étranger sera « mangé » par les polynucléaires, un virus sera attaqué par les anticorps que les lymphocytes auront sécrétés).

La leucémie est une atteinte cancéreuse des globules blancs et le nom de la maladie sera différente selon que ce sont les polynucléaires ou les lymphocytes qui sont malades.
Si les polynucléaires sont atteints : c’est une leucémie myéloïde.
Si ce sont les lymphocytes qui sont atteints : c’est une leucémie lymphoïde.
Il existe des leucémies aiguës atteignant plus volontiers les enfants et des leucémies chroniques (personnes âgées).
On ne retrouve souvent pas l’origine de la maladie, parfois des causes d’irradiations, d’exposition à des produits chimiques cancérigènes.

La maladie entraîne, dans la moelle osseuse, un dérèglement dans la fabrication des globules blancs ;

dans les leucémies aiguës, les cellules ne peuvent pas arriver à maturité, ce sont des cellules jeunes qui vont dans le sang ;

dans les leucémies chroniques, les cellules sont un peu moins immatures mais ne fonctionnent pas bien ;

dans les deux cas, ces globules blancs n’assurent pas leur rôle de protection de l’organisme.
En plus elles empêchent les autres cellules sanguines de se développer, et l’organisme se retrouve avec trop de globules blancs, parfois trop jeunes, inefficaces, pas assez de plaquettes et pas assez de globules rouges.
Les cellules peuvent envahir d’autres organes : la rate, le foie, les ganglions, les poumons, les os, le système nerveux, ...

Ce mécanisme explique l’apparition de signes cliniques variés mais non spécifiques de la maladie : à cause de la diminution des défenses de l’organisme, le patient présente une grande sensibilité aux infections virales, bactériennes, fungiques : on dit qu’il est immunodéprimé.

S’il existe une diminution des globules rouges, le malade est pâle, fatigué, peut avoir des vertiges, être essoufflé ;

si les plaquettes sont en quantité insuffisante, il peut saigner facilement.
Les douleurs osseuses sont fréquentes.
Le médecin peut aussi retrouver à l’examen clinique une grosse rate, des ganglions suspects, une atteinte du système nerveux.
Aucun signe clinique n’est spécifique de cette maladie : on peut saigner du nez, avoir des bleus facilement, avoir rhume sur rhume, présenter une anémie sans que pour autant ce soit une leucémie.

Pour faire le diagnostic, il faut d’abord faire une prise de sang, regarder, compter les cellules du sang et si la prise de sang est suspecte, alors une ponction de moelle est nécessaire pour confirmer le diagnostic (l’examen s’appelle un myélogramme). Cet examen est répété plusieurs fois au cours de la maladie pour surveiller son évolution.

 

Le pronostic de la leucémie est variable selon le type de la maladie, selon l’âge de survenue, selon le stade de la maladie.
La médecine a fait d’énormes progrès en cancérologie.
Les malades, à juste raison, peuvent espérer guérir aujourd’hui, surtout les enfants.
Les traitements sont agressifs, longs mais efficaces les effets secondaires les plus ennuyeux sont jugulés.

Le traitement principal est la chimiothérapie anticancéreuse c'est-à-dire l’administration de molécules chimiques contre le cancer. Plusieurs cures de chimiothérapie sont nécessaires pour assurer la guérison.

Les protocoles seront différents selon le type de leucémie.
Le traitement est administré en perfusions par un cathéter (minuscule tuyau dans une veine) central qui est posé dans une grosse veine dans le thorax pour le temps du traitement, c'est-à-dire plusieurs semaines. Ce n’est pas trop gênant et ça ne fait pas mal.
Le cathéter central permet d’avoir un abord veineux permanent, il ne risque pas de se retirer comme les cathéters mis dans les veines des bras. Et puis les molécules qui sont données sont trop agressives pour les petites veines.

Ces molécules anticancéreuses sont toxiques et ont des effets secondaires parfois difficiles à supporter, en particulier au décours de la première cure de chimiothérapie ; ils font toute la difficulté de ces traitements.
En effet, ils tuent non seulement les cellules malades mais aussi les bonnes cellules du sang : si les bonnes cellules du sang ne sont plus assez nombreuses : chute des globules rouges, chute des globules blancs, chute des plaquettes on dit que le malade est en phase d’aplasie : il devient très très sensible à tous les microbes, il faut l’isoler dans une chambre stérile, à l’abri de tous les microbes qui sont dans l’air, l’aplasie peut durer 3 semaines, temps nécessaire à l’organisme pour fabriquer de nouvelles cellules, des bonnes, et donc retrouver ses défenses naturelles.
Il faut parfois faire des transfusions de sang, ou de plaquettes, donner des antibiotiques puissants pour lutter contre les infections.
Tout le monde sait que la chimiothérapie peut entraîner une chute des cheveux, ce n’est vraiment pas grave, relativement aux autres effets secondaires, ils repoussent.

Un traitement long
Plusieurs cures de chimiothérapie sont nécessaires pour aller vers la guérison : cure pour obtenir une rémission, cure pour consolider la rémission, cures d’entretien.

Le traitement peut durer des mois mais cela vaut le coup.

Les greffes de moelle sont possibles : grâce au prélèvement de moelle chez un parent, frère ou sœur plus volontiers,

il est possible de remplacer la moelle malade par une moelle saine. Il faut que le donneur et le receveur soient compatibles pour éviter un rejet de la greffe.

L’isolement en chambre stérile est indispensable.
La radiothérapie, la splénectomie (c'est-à-dire l’ablation de la rate), sont aussi pratiquées dans certaines indications.

Les rémissions sont fréquentes et durables.
On ne peut parler de guérison qu’a posteriori.
Les guérisons, surtout chez les enfants (3/4 des cas), sont fréquentes.
La médecine progresse beaucoup dans le domaine de la cancérologie et chaque rémission fait gagner du temps au malade.

 

La leucémie est un cancer du sang. Aujourd’hui les traitements longs et agressifs sont efficaces, les effets secondaires sont connus et prévenus, les rémissions et guérisons sont fréquentes ; il faut être persévérant, la recherche médicale avance à grands pas, les traitements aussi ; un jour viendra où les patients atteints d’une leucémie seront guéris.

 

Docteur MC Bonduelle